Jeyne Drox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeyne Drox

Message par Jane Drox le Lun 31 Juil - 11:36

Le vent souffle doucement par la fenêtre de sa chambre. Cette dernière est petite et faiblement décorée pour le moment, mais confortable. La jeune femme s'assoit à sa coiffeuse et saisit sa brosse. D'une main douce et précise, elle peigne rapidement ses cheveux qui lui tombent à peine sur les épaules. La lumière du soleil baignant la chambre se reflète légèrement sur sa chevelure d'or ondulée. Elle tient ces cheveux blonds de sa famille qu'elle n'a vu depuis longtemps, se concède-t-elle à elle-même, et cette silhouette gracieuse d'une vie saine et trépignante.

Jeyne Drox

Sortant son petit journal, elle l'installe sur la coiffeuse et tire la plume pour en humecter la pointe d'encre noir comme la nuit. Elle tourne quelques pages remplies de lignes noires pour s’arrêter sur une nouvelle page blanche. Apposant la pointe sur le papier, elle commence à laisser ses pensées s'échapper.

"Cela fait maintenant quelques jours que je suis arrivée à la Croisée et l'air y est plaisant. La petite bourgade semble animée et paisible, ce qui démontre que les Wayfarers savent administrer leurs terres. J'ai entendu parler  d'un festival annuel rassemblant tous les artisans des contrées alentours... J'ai hâte de voir cela. Je me demande si Dame Silva acceptera que je participe à un tel événement. J'ai quelques idées de robes qui me sont venues dernièrement. D'ailleurs cette nouvelle place de dame de compagnie auprès de ma Dame Silva me laisse un peu perplexe. Je ne m'attendais pas à finir ici... Les Sept ont surement des projets pour moi ici bas, même si je ne sais lesquels et cela m’effraie un peu."

Elle repose sa plume et relis rapidement ces quelques lignes. Satisfaite, elle s'apprête à ranger son carnet quand l'envie lui prend de relire un peu plus de son passé... Il y a 7 ans.

"Je quitte tout. Ma demeure, ma famille, ma lignée... mon pays. C'est une décision difficile mais nécessaire que j'ai dû prendre. Même si je n'ai que 17 ans, je me sais assez forte pour voyager par moi-même. Mais où que j'aille en Westeros, cela ne suffira pas à les dissuader. Je dois partir plus loin, au-delà des mers. Un des marchants de la ville voisine m'a conté les beautés d'une cité lointaine, celle d'où vient un autre marchant à qui il achète des œuvres d'art de toute beauté. J'ai le nom de ce marchant et je compte bien y aller. Braavos, la Cité Libre du Nord."

Elle sourit tendrement, une pointe de mélancolie dans le regard. Puis elle tourne quelques pages...

"Je suis sur la Beauté Chavirée depuis maintenant une semaine et mon estomac fait encore des siennes. J'ai beau essayer d'être la plus gracieuse possible, je suis plus pataude que chacun des marins de cette caravelle. Je suis contente que les quelques bijoux que j'avais ai suffi à payer la traversée et même d'avoir une cabine. Je n'imagine pas vivre avec tous ces marins rustres et étrangers... même si c'est plutôt moi l'étrangère ici. Il va falloir que je m'y habitue. Un des jeunes marins a commencé à m'enseigner le Braavosi de lui-même, même si je ne suis pas dupe à la façon dont il m'observe. Il a un certain charme, je ne peux le nier. Qui sait, le vie pourrait être pire que celle de femme de marin. Mais il est un peu trop exagérant dans ses récits. Un géant de pierre gardant la cité, plus haut qu'un château. Qui croirait cela?"

Jeyne soupire en s'appuyant légèrement sur le dossier de sa chaise. Les souvenirs reviennent à son esprit avec une clarté étonnante. Cesario... Le jeune marin. Quelques pages plus loin, elle avise un passage où l'écriture est tendue.

"Je suis éreintée. J'arrive à peine à écrire. Mes yeux sont lourds, mes mains endolories et ma respiration difficile. Cela fait maintenant cinq mois que je suis arrivée Braavos et j'ai enfin trouvé un travail, un logement et de quoi vivre décemment... si j'arrive à tenir le rythme. Je travaille chez Emilio Spirioza, Souffleur de Verre au Sud de l’île. Le travail est exténuant, demandant du souffle et de la résistance, tout en cuisant à petit feu devant les grands fours où l'on chauffe le verre et le modèle. Je n'y suis que depuis une semaine et je n'ai le droit que de nettoyer l'atelier ou tenir des choses pendant que les artisans travaillent leurs œuvres. Je sais que ce n'est pas de suite que j'apprendrais, peut être même jamais. Mais je désire vraiment apprendre à faire de tels trésors. Si seulement ma famille voyait les beautés qui ornent les étagères de la boutique du Maître. Une vision qui  ne peut être égalée par aucune technique ailleurs en Westeros. Je vais aller me coucher je pense..."


La jeune femme regarde l'intérieur de ses mains... Plus aussi douce qu'autrefois. Mais jamais elle ne regretta cela. Ni avant, ni maintenant.

"Maître Spirioza et les autres artisans m'ont fait comprendre à quel point j'aime Braavos. La fête de ce soir a été superbe et j'étais au centre de cette dernière. Ma première commande délivrée et le client ravie, mes collègues et mon Maître qui reconnaissent mon talent. Que demander de plus. Et pourtant... Je me surprend à repenser aux vertes plaines et fleurs odorantes de mon enfance. Mon pays me manque, je le sens au fond de moi. Cela m'étonne d'autant plus que je ne me sentais pas vraiment chez moi... Enfin c'est ce que je pensais. Quand je me regarde dans un miroir, je ne vois plus que Jane Brise-Misère, la jeune westerosienne venue s'échouer sur le Port Pourpre. Les cheveux courts, les mains tannées par la chaleur et la tunique aux couleurs vives. Toutefois, sous cette crasse apparente, je vois toujours au fond de mes yeux la jeune noble de la famille Drox, maligne et déterminée."

Un bruit sourd se fait entendre et Jeyne se tourne vers la porte pour répondre. Une servante entre dans la chambre et vient déposer une petite bassine d'eau chaude, avant de repartir quand Jeyne la congédie. Elle se lève, posant son carnet sur son lit pour procéder à sa toilette. Elle se doit d'être prête pour rejoindre Dame Silva, aussi procède-t-elle rapidement par elle-même puis, enfilant une robe de sa conception, elle s'applique un léger maquillage. Sa beauté mise en valeur juste comme il faut sans être trop voyante, même si éclipser la beauté de Dame Silva est aussi faisable que de briser le Mur du Nord à mains nues, elle se tourne vers son lit et lit rapidement les dernières pages...

"Voilà un an que je suis revenue en Westeros et quelques semaines que je sers Dame Leinda Feirth. Elle est très généreuse envers moi et je fais de mon mieux pour la servir. Elle me pardonne mes infimes écarts de conduite quand je me dois de m'habituer à nouveau à l'étiquette de mon pays natal. Mais j'y arrive sans trop de soucis et elle semble grandement apprécier mon talent pour l'aider à se vêtir plus élégamment. Je lui ai exposer quelques idées pour sa robe de mariée et, même si je n'ose proposer mes talents pour la réaliser, lui donne un avis connaisseur sur les réalisations des artisans qu'elle visite. Je me dois de faire de mon mieux pour ma Dame."

Jeyne sourit en secouant la tête, ses mèches volant légèrement autour de sa tête. Fermant le carnet, elle le range dans sa coiffeuse et sort de sa chambre les yeux pétillants de joie anticipée.


Dernière édition par Jane Drox le Jeu 31 Aoû - 18:31, édité 3 fois

Jane Drox

Messages : 1
Date d'inscription : 18/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jeyne Drox

Message par Meneur le Mar 8 Aoû - 13:24

C'est validé ! Merci à Geoffroy pour cette participation qui nous en dit un peu plus sur la discrète Jeyne ou Jane Drox.

Meneur
Admin

Messages : 46
Date d'inscription : 01/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://soif-crossroads.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum