Lady Silva Wayfarer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lady Silva Wayfarer

Message par Lady Silva le Jeu 8 Déc - 11:39

1/ Naissance et petite enfance
2/ Enfance
3/ Adolescence
4/ Adolescence : King's Landing

Chap. 1 : "C'est ici que les réjouissances commencent"
- Retrouvailles des PJs et déplacement pour aller à un mariage de la région.

Chap. 2 : "Entrez dans la Danse"
- Intrigues, mort d'un chevalier et vol d'un joyau sans lequel le mariage sera annulé.

Chap. 3 : "Enter the Game?"
- Enquête sur assassinat et larcin menaçant le mariage.

Chap. 4 : Desillusion


Dernière édition par Lady Silva le Mar 26 Sep - 20:09, édité 9 fois

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Naissance et petite enfance

Message par Lady Silva le Jeu 8 Déc - 11:40

C’est au début de l’an 265 que Silva Wayfarer vit le jour. Quelle ne fut pas la déception de son père le lord d’avoir une fille et non un héritier. Sans doute aurait-il du prier davantage les Sept car il en eut une seconde quatre ans plus tard. Non seulement, l’épouse du lord tardait à prendre un ventre rond mais en plus n’engendrait que des filles. Si la grossesse était l’affaire des femmes, aptes à consommer du thé de lune pour se prémunir contre des enfants non désirés, le sexe était l’affaire du géniteur, comme chacun sait en Westeros. Le lord eut grandement préféré pouvoir prétendre que « la graine était vigoureuse » à l’instar de son père qui lui donna des frères, Rogan qui embrassa une carrière militaire puis Horace, né d’une seconde union, plus porté sur l’instruction et les chiffres qu’à l’utilisation de ses bras et ses jambes.



Dernière édition par Lady Silva le Lun 16 Jan - 12:33, édité 1 fois

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Enfance

Message par Lady Silva le Jeu 8 Déc - 11:40

Faute d’être pourvu d’attributs masculins, Silva s’avère un beau bébé puis une enfant admirable et fort jolie. Un barde dira d’elle que « les rayons du soleil couronne sa chevelure d’éblouissants reflets.» Vivotant entre les jupons des servantes et les bras de sa mère, elle fera l’objet d’attentions particulières quand l’âge aidant du lord, la naissance d’un héritier mâle semble définitivement compromise. C’est ainsi qu’elle reçoit une éducation plus poussée afin de briller en société. Le lord n’était pas le premier seigneur à ne pas avoir de fils et il valait mieux que la fille ainée paraisse exemplaire et digne d’intérêt.



A l’âge de 9 ans, Silva manqua de rejoindre l’Etranger. C’était lors d’une grande fête annuelle organisée par son père et son vassal, lord Holbein (nom de la maison vassale), sur les rives du lac d’Oeil-Dieu. Silva avait échappé à la vigilance de sa chambrière et serait morte noyée sans l’intervention courageuse d’Amaury Rivers, homme fait et demi-frère de Trenn, l’héritier présomptif de lord Holbein.
Cet acte de bravoure valut au sauveur, malgré sa bâtardise, le droit de gîte et couverts à la table même de lord Torrence Wayfarer, qui montra enfin des signes réels d’affections pour sa fille Silva, perle entre les perles.

Interrogée sur son geste, Silva expliqua qu’elle avait entendu des voix en provenance de l’Ile-Aux-Faces et vu des silhouettes semblables à des nuages d’eau lui dire dans une langue étrange de les rejoindre. L’enfant pourtant toujours docile s’acharnant dans ses fantasmes puérils au point de s’en réveiller la nuit, on lui administra lait de pavot et bonsomme pour lui faire oublier ses inepties car l’on obtiendrait un meilleur mariage d’une fille pleine de bon sens que d’un esprit fantasque.

Silva était au centre de toutes les attentions et obtenait nombreuses louanges. Sa jeune soeur fit par défaut les frais de cette nature avide d'attention comme ses cheveux dorées capturaient les rayons du soleil. Moins gâtée par la nature pour lui donner des traits angéliques, la cadette Shiera vivait dans son ombre.

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Adolescence

Message par Lady Silva le Jeu 8 Déc - 11:41

A l’âge de 13 ans, Silva pris pleinement conscience des comportements masculins qui l’entouraient, des regards discrets ou appuyés à son attention qui était devenu autre chose que de l’affection pour une enfant charmante.



Il ne fallut pas très longtemps pour le lord commence à recevoir des propositions de mariage. Horace Wayfarer, l’oncle de Silva, également intendant du domaine exhorta son frère a ne pas accepter hâtivement des propositions, convaincu que viendrait un jour une véritable opportunité qui serait vraiment profitable à la maison. Et pourquoi pas un héritier d’une maison majeure? Par exemple, ce Jaimie Lannister de Castral Roc qui a sensiblement le même âge que Silva. L’oncle se faisait fort de pouvoir un jour organiser une telle rencontre.

Silva attira l’année suivante sans le vouloir l’attention de lord Walder Frey qui voulait la marier à un de ses nombreux fils. Refuser était compliqué car il n’était jamais bon de s’aliéner l’influent seigneur des Jumeaux. Le lord et ses frères n’étaient pas dupes : lord Frey voudrait prendre possession du domaine ainsi qu’avoir la main mise sur la maison vassale. On ne lui faisait à juste titre aucune confiance. Il pourrait faire semblant d’accepter que le premier né de cette union soit un Wayfarer au lieu d’un Frey, condition impérieuse pour préserver la lignée et le nom de la maison. Lord Holbein de la maison vassale proposa en privé à lord Wayfarer que Trenn, son fils et héritier épouse Silva afin de consolider les liens historiques entre eux. S’ensuivit une période de froid entre le fieffé et son lord car il n’était pas question pour ce dernier de marier son héritière avec une noblesse inférieure.

Quand lord Frey se montra plus insistant, l’on se hâta d’envoyer la lady parfaire son éducation au grand septuaire de Baelor de King's Landing en laissant croire que l’enfant pourrait devenir septa ou soeur du silence, une façon comme une autre de la soustraire des ambitions du seigneur des Jumeaux. L’artifice n’était pas totalement improvisé car l’instruction religieuse de Silva au sein même du grand septuaire de Baelor faisait partie des voeux de sa mère, la regrettée dame Flora née Smallwood, qui fut un exemple de piété.



Dernière édition par Lady Silva le Jeu 8 Déc - 11:45, édité 1 fois

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Adolescence : King's Landing

Message par Lady Silva le Jeu 8 Déc - 11:42

Quelques années s'écoulent...
Récit pour plus tard.

Retour de lady Silva au domaine Wayfarer prévu en jeu

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chap. 1 : "C'est ici que les réjouissances commencent"

Message par Lady Silva le Lun 16 Jan - 17:33



C’était l’an 290 et l’hiver touchait à sa fin. Lady Silva contemplait la silhouette majestueuse du Donjon Rouge, l’immense édifice surplombant King’s Landing où elle venait de vivre presque trois ans durant. Lady Roslin remarqua les regards en arrière et interrogea la fille de lord Wayfarer qui éluda la question en gardant pour elle que le faste de la capitale lui manquait déjà. Pour ce voyage retour, Silva avait tenu à être noblement vêtue, séduisante sans être aguichante, avec des tissus de qualité en évitant les couleurs trop vives. Elle avait quitté le domaine familial pour suivre l’enseignement des septas et ne pouvait pas rentrer avec une allure ostentatoire.

Rentrer… Rentrer n’était pas le terme exact car lady Roslin, la mère d’oncle Horace et seconde épouse de l’aïeul de Silva, avait réussit à mettre sur pied un mariage où il fallait d'abord se rendre pour voir et être vu. Celui de Ser Jerrick et lady Lenda Feirth, lui héritier de la maison Buckwell et accessoirement son neveu, elle d’une maison à la courte généalogie mais aux revenus conséquent dans les métiers de la tannerie. Trois peaux de bêtes brunes sur fond jaune, voilà le genre de blason que Silva espérait ne jamais épouser, rêvant d’avantage de lion d’or, de faucon d’argent et de dragon tricéphale.

Le convoi retrouva Rogan Wayfarer, l’autre oncle et frère cadet de lord Wayfarer, tout deux fruits d’un premier mariage. Rogan, veuf depuis sept ans, avait peu changé et restait l’homme impassible qu’elle avait toujours connu, un roc armé d’un immense maillet - ou était-ce une masse, elle l’ignorait -, imposant le respect par sa réputation militaire. Rogan se montra toutefois chaleureux et complimenta sa nièce qui était devenu une fort charmante jeune femme.



Prévenante, Silva demanda des nouvelles de ses cousins et cousines. La fille de Rogan avait maintenant vingt ans et n’était toujours pas mariée. Son fils, parti embrasser la foi des Sept au lieu de prétendre à la succession de la maison Wayfarer en l’absence d'héritier mâle pour lord Terrence, ne donnait toujours pas signe de vie.

C’est quelques heures plus tard qu’arrivèrent son père lord Terrence Wayfarer, l’oncle Horace ainsi que Trenn Holbein, l’héritier de la maison vassale et son demi-frère Amaury Rivers.

Si Silva avait cru un instant que son retour serait un moment de retrouvailles célébrées, elle dut se rendre à l’évidence qu’il n’en était rien. Lord Terrence a qui il manquait - et manquerait toujours  - un fils pour nourrir sa joie absente avait gagné en embonpoint, preuve qu’il quittait peu le confort du domaine. L’oncle Horace s’était visiblement davantage endurci, ce qu’elle n’aura pas cru possible. Trenn Holbein, l’héritier de la maison vassale ne se déplaçait pas sans sa garde rapprochée, composé de soldats triés sur le volet. Le plus aimable s’avéra être Ser Amaury, ce qui n’avait rien de très surprenant car il sied mal aux bâtards de se montrer acariâtres.

Le convoi vers la maison Feirth prenait maintenant une taille fort remarquable rendant la progression plus lente sur la route boueuse. L’on s’arrêta dans un grand relais sur les terres des Hogg, une maison vassale d’Hayford réputée belliqueuse. C’était un meilleur choix que de solliciter le pain et le sel à ces derniers sans s'être fait annoncé. L'on avait d'ailleurs guère besoin de côtoyer Barnas Hogg, l’oncle de l’héritier de la maison à la sinistre réputation, marié à une Frey à qui il fit un fils nommé Walder, sans doute pour complaire à l’inusable lord des Jumeaux.

La bâtisse était vaste et son emplacement sur la route lui assurait une clientèle régulière, parfois même prestigieuse, comme ser Oswald Whent, chevalier de la garde royale qui fit une entrée remarquée accompagné de son écuyer Geoffrey Mallister suivi de Ser Quarlton Storm et de Ser Florent Brune qui nota rapidement la présence de lady Silva. Le Manteau Blanc accepta de s’asseoir à la table des Wayfarer, d’abord par égard pour Amaury qu’il connaissait bien puis pour converser avec Trenn Holbein qui lui parlait d’égal à égal afin de découvrir la raison de sa présence dans la région au lieu d’être tout à son office près du roi des Seven Kingdom.
Connaissant sa place, lady Silva se garda d’interrompre ses messieurs en faisant mine de ne pas entendre les quelques grivoiseries salaces que le vin encourageait. Prenant conscience du peu d’aura de son père affichant une mine épuisée, elle souhaita se retirer pour dormir, incitant de facto lady Roisin à faire de même et suggéra en vain au lord de se reposer pareillement pour le soustraire au regard d’un des proches du roi.

Alors que dans la grand salle, Horace soutirait de Ser Oswell le récit de la victoire contre les bandits de Kingswood et de la vaillance du prometteur Jaimie Lannister puis que Trenn Holbein ne lui fasse révéler le projet d’organiser un immense tournoi à Harrenhal le fief des Whent, Silva endurait à l’étage la bienveillance de lady Roisin.

« N’hésitez pas à m’appeler mère, lady Silva. Je vous considère et vous chérit d’ailleurs comme ma propre fille. »

Non, cela n’arrivera pas car faire partie des murs du domaine ne change rien au fait que nous n’avons aucune goutte de sang en commun furent les mots qui ne franchirent pas les portes du sourire que la lady porta à ses lèvres.

C’est alors qu’il y’eut des cris. Des bandits assiégeaient l’établissement. Lady Roslin commença rapidement à s’affoler alors que Silva avait toute confiance en la garde Holbein mené par le capitaine Jor. D’ailleurs, les mécréants seraient rapidement fort maris de découvrir qu’ils affrontent un rassemblement de chevaliers émérites. Ser Amaury et Horace vinrent aussitôt à l’étage pour tambouriner à leur porte quand déboulèrent trop rapidement d’autres bandits, preuve que certains complices étaient déjà sur place. Dame et lady durent se réfugier, recroquevillées derrière leur lit basculés sur chant. Horace prit une position avantageuse pour décocher des flèches que ce soit à l’intérieur comme dans la cour en contrebas tandis qu'Amaury fit rempart de son corps dans l’embrasure de la porte.

Approches, n’ai pas peur, viens. Viens nous rejoindre, disaient le reflet des visages enfantin dans l’eau huileuse du lac d’Ile-Dieu. L’air venait à manquer, l’eau s’engouffrait dans sa gorge, dans ses yeux, son nez fin, son ventre. Ses vêtements blancs flottaient tout en l’emmêlant. N’ais pas peur, viens. Quand une main l’agrippe...

Curieuse et avide d’expériences, Silva se redresse de derrière le couchage où elle et Roslin sont cachées pour regarder le combat, fascinée de voir l’acier déchirer chair et cuir bouilli pour se teinter d’un rouge carmin. Approches, n’ai pas peur, viens. Les assauts répétés des brigands sont vain face à Amaury qui ôte la vie à chaque idiot qui prétend rentrer de force dans la chambre. Une fois la menace défaite, Horace constate l’état de panique inhabituelle de sa mère tandis que Silva enjambe un cadavre pour s’approcher d’Amaury, dans le but d’écouter son coeur en posant sa main sur son torse, curieuse de sentir à travers ses doigts l’adrénaline du chevalier.

«  Voyez ce que vous avez fait : vous avez retourné ma chambre. » a t’elle juste le temps de susurrer innocemment avant qu’oncle Horace ne vilipende Amory afin qu’il s’écarte de sa nièce. Les yeux baissés, Silva acquiesce et demande à ce qu’elles soient seules pour parfaire leur mise avant de descendre quand le calme sera revenu.

Dans la grande salle comm à l’extérieur où Rogan a fait une percée meurtrière, la débâcle des brigands est totale. Le nom d’un chef est lâché, Dylon le Faucon, ancien sergent des Hogg aujourd’hui en fuite. Une fois descendue, Silva s’approche d’un garde légèrement blessé arborant le blason Wayfarer avant d’être vivement interpellé par l’oncle Horace soutenu par sa mère Roslin pour circonscrire toute velléités de familiarité avec des gens du commun. Qu’importe, la lady exprime sa sollicitude et sa gratitude au nom de sa maison. Une fois docilement assise, les sermons continuent, sermons qu’elle écoute avec autant de gravité que ceux prononcés au grand septuaire de Baelor tout en serrant les dents. N’en supportant pas davantage, Silva rappelle le devoir de bienveillance de la foi des Sept personnifié par la Mère et la Jouvencelle, ce qui a le don d’agacer son oncle, peu concerné par la religion des andals.
L’attention glissa progressivement vers lady Roslin qui céda à l’interrogatoire tenace de son fils et révéla deux détails d’importance. Tout d’abord, elle transportait en catimini depuis King’s Landing la dote conséquente du mariage, très certainement la cause de l’attaque des brigands. A ce stade, il manquait trop d’informations pour découvrir d’où venait la fuite et qui était derrière le projet de razzia. Puis, en l’absence de lord Terrence Wayfarer, elle révéla qu’elle projète de lui présenter une jeune veuve qui a le double avantage d’être une charmante gironde apte à accoucher d’un fils, ce qu’elle a déjà fait avant de perde son époux et d’être une parente de lady Roslin.
Le ban où était assise lady Silva finit d’être totalement inconfortable quand Trenn Holbein lui demanda sans détour ce qu’elle pensait de ces dispositions. Non, il ne m'a pas échappé que si mon père devait avoir un fils d'un second mariage, je perdrais mon statut d'héritière.
« Mon devoir est de servir ma maison », répondit-elle en faisant appel à toute sa bienséance et maintenant sa litote devant la question répétée.

Hors de question de me dévoiler à cette vieille guenaude qui ambitionne de m'écarter de mon héritage.

Au petit matin, le temps était à peine meilleur mais suffisamment adouci pour que lord Terrence puisse monter à cheval. Silva chevaucha un moment à ses cotés et attendit qu’ils soient un peu isolée pour l'entretenir.

« Père, je me souviens de vos leçons d’équitations. J’ignorais combien cela m’avait manqué d’être à vos cotés. Je… je vous dois des excuses. Je confesse que quand j’ai été conduite à King’s Landing pour suivre l’enseignement des Sept comme le souhaitait ma mère, j’ai… pu nourrir quelque amertume puérile à l’idée de quitter notre maison. Aujourd’hui, je vous remercie de ce cadeau qui m’a était fait et guide mes pas désormais. Puis-je vous demander de me parler de… mère? »

Trop tôt, trop vite. Lord Terrence s’assombrit. Ban et selle ne réussissait donc pas à la lady qui s’appliquait à garde un port de tête digne pour ne trahir aucun agacement ni lassitude. Le convoi arriva enfin à une colline où une demeure fortifiée domine une basse cour et l’on peut entendre que les festivités ont déjà commencés. C’est le temps d’une pause pour ajuster les tenues et faire bonne figure. Silva choisit de finir le trajet sur un chariot et non avec un cheval entre les cuisses. L’ordre est donné aux soldats de rester en retrait tout en veillant à ne commettre aucun accrochage avec des gens d’autres maisons. « C’est ici que les réjouissances commencent », dira avec entrain lady Roslin à lord Terrence.

Faux. La partie de cyvosse de la maison Wayfarer avait commencé depuis de nombreuses années et toute menue qu’elle fut au milieu des pièces aguerries en duplicité et autres viriles, fortes en gueule, en prestige ou en carrure, lady Silva entendait y participer.


Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Chap. 2 : "Entrez dans la danse"

Message par Lady Silva le Mer 22 Fév - 16:54

Les Wayfarer et les Trenn furent accueillis avec le respect qui leur était dû. A défaut d’être fortunés, les Buckwell connaissaient les règles de bienséances. Silva s’appliqua à ne montrer aucun signe de fatigue dû au trajet et salua chacun avec un art consommé de l’étiquette, le regard candide assorti d’un léger pli à la commissure des lèvres car il était vulgaire pour une lady bien élevée de sourire à pleine dents. Si elle savait déjà dans les grandes lignes qui était présent, il était important de bien retenir le nom de chacun.

Une fois installés dans une grande pièce sommairement divisée en deux par une tenture pour que les ladys jouissent d’un peu d’intimité, l'ensemble du clan Wayfarer rejoignit le grand banquet animé par Arrondo Bon Pied, un bravosi maître de danse et des cérémonies assisté par les Prodiges de Kingslanding dirigés par Hyacinthe Beauregard, un roux bouclé au faciès drolatique et des yeux impropres à la couture.  

Les uns trouvèrent rapidement la place qui leur était attribué tandis que les autres moins bien né avait l'embarras du choix en bout de tablée. C’était le cas d’Amaury Rivers. Tout bâtard qu’il fut, sa stature et son charme lui permettait de se mettre en valeur, rapidement entouré par d’autres chevaliers comme ser Quarlton Storm, un bâtard Buckler, ser Florent Brune de Brownhollow et écuyers comme Jeffroy Mallister, sans oublier les fils Hogg, Walder et Berrick. Après tout, Amaury n’avait-il pas été un temps aux cotés du manteau blanc Ser Oswald Whent?



Trenn Holbein engagea le dialogue avec Ser Barnas Hogg. Interrogatoire serait sans doute un terme plus approprié pour l’héritier Holbein, habitué à poser des questions auxquelles il est difficile de ne pas répondre. Pourtant, la réputation du redouté Barnas Hogg n’est pas usurpé et Trenn est contraint de revoir ses prétentions intrusives à la baisse.

Rogan Wayfarer est stoïque, un rien semblable à Ser Randir de Maltour le maitre d'armes local, et n’a pas remarqué le regard décontenancé du jeune septon Gelthar à son entrée.

Horace est calme, parle peu pour mieux écouter, regardant les pièces en place notamment sa mère Roslin qui n’a pas encore digéré l’interrogatoire coriace qu’elle a vécu quelques jours plus tot.

Lady Silva est à sa place, parmi les ladys. Les Sept savent qu’elle préférerait de loin attirer l’attention de lord Velaryon de Hightide, le plus illustre invité présent - nul autre que le Maitre des Navires siégeant au Conseil Restreint d’Aerys II Targaryen ! L’homme est l’objet de nombreuses sollicitations : pour espérer l'atteindre, il faut déjà franchir son secrétaire Armel Rykker ou son élégant bâtard Aurane Waters, qui a défaut d’hériter de son nom a au moins sa chevelure blanche. Une autre solution pour le rencontrer consisterait à passer par l’entremise de sa soeur, lady Loria, par ailleurs mère du futur marié.

Connaissant son devoir, Silva félicite tout d’abord Leinda Feirth, la future épouse de Jerrick Buckwell qui ne tarit pas d’éloge sur son promis. Agée de dix-sept ans, la lady est plutôt ravissante. Il juste dommage que les Feirth ignorent que l’excès de bijoux n’est pas du meilleur effet pour paraitre noble, comme s’ils voulaient faire oublier leur blason de trois peaux de bêtes sur fond or en faisant disparaitre les premières sous une avalanche ostentatoire.
Silva peut ensuite prêter toute son attention à sa cible véritable, lady Lucia Buckwell, une gironde demoiselle de vingt-deux ans dont la tenue de deuil ne saurait cacher les formes généreuses.



C’est elle que lady Roslin projette de marier à son père lord Wayfarer. Silva commence d’abord par exprimer une compassion sincère pour la double perte de Lucia. Son époux d'abord, bref lord seigneur héritier de la maison Hogg puis le fils qu’elle lui fit et qui aurait du devenir le futur seigneur avant que son oncle Barnas ne décide de forcer le destin. Si Lucia apprécie la bienveillance dont elle fait l'objet, elle se hâte de changer de sujet en lançant une conversation sur la chevalerie et les tournois.

Que me parle-t’elle de ces sujets? Soit. Sois exaucée.

Lady Silva évoqua une rumeur dont elle n’avait pas tous les détails au sujet d'un grand tournoi prochain. D'ailleurs puisque Lucia était tant intéressé par la question, elle lui demanda lequel de tout ces messieurs là-bas serait le plus susceptible de remporter un tel tournoi. Celle-ci se fait un peu prier mais désigne finalement ser Florent Brune. Silva approuve en prenant lady Feirth à témoin : Lucia ne saurait choisir meilleur champion. La véhémence de cette dernière ne sera pas entendue car Silva s’applique à rendre la conversation légère et sans conséquence.

Ce que Silva ne remarque pas, c’est la réaction choquée de son père en voyant lady Jeyne Drox, dame de parage de lady Feirth, qui lui rappelle sa défunte épouse.



Peu après, Trenn Holbein demande à Silva d’obtenir les bons soins du mestre local pour le soldat le plus blessé. Mestre Harwal promets d’aller examiner le blessé au matin. La lady obtient cependant de l’accompagner à son office pour qu’il lui donne de quoi l’aider à passer la nuit. Le mestre est âgé mais étonnamment agité dans son office, comme s’il avait quelque chose à cacher. Il faut toute l’astuce de Silva pour le convaincre de céder du lait de pavot qu’elle identifie sur une table. Le fait qu’elle soit instruite de ces savoirs réservé aux hommes suscite la suspicion du vieux mestre. Elle explique alors qu’elle l’a aussi accompagné pour qu’il lui donne du thé-de-lune, cette infusion dont nombre de messieurs ignorent l’existence, permettant d’éviter une grossesse non désirée. Harwal refuse de prime abord et propose en tant que mestre une oreille compatissante.

« Oh, mais vous n’y êtes pas, bon mestre Harwal. Il ne s’agit en rien d’une cause personnelle, mon honneur est intact. Ma requête n’est que l’expérience du drame vécu par une amie au grand septuaire de Baelor de Port-Réal. Celle-ci fut séduite par un jeune homme de la cour qui connaissait des passages pour l’en faire sortir. Cette amourette prit une nouvelle tournure avec la rondeur naissante de son ventre. Mon amie fut mise à nue et chassée avant d’être renvoyée dans sa maison d’origine et je n’ose imaginer le sort qui lui fut réservée là-bas. Son amant, lui… n’a connu aucun déboire. Cette tragédie n’a rien d’unique. Ces choses… arrivent. Cependant, je me suis promise que si je pouvais dans le futur éviter à une jeune femme, quelle que soit sa condition, d’être ainsi jetée au ban de la société, j’interviendrais. Mais si vous préférez croire que je plaide pour mon propre usage… »

Silva affichait une mine désolée, emprunte d’une grande tristesse. Elle se rapprocha de lui en agrippant d’une main tremblante sa robe avec candeur.

« Mestre, si vous devez pour me croire vérifier par vous-même mon intégrité, je m’y résous car j’ai toute confiance en la rigueur de vos voeux d’abstinence pour n’en point tirer impérieux avantage. Je prie seulement pour que personne de ma maison ne vienne me chercher ici, l’on ne comprendrait pas. »
Mestre Harwal avait le souffle court, celui d’un vieil homme qui se demandait ce qui était en train de se produire. Ecoutant cette voix interne qui l’exhortait à la prudence, il jeta des regards inquiets vers la porte puis fouilla nerveusement dans ses affaires pour donner un sachet à lady Silva qui, en escamotant la tisane, le remercia par avance pour ses soins matinaux au garde blessé.

La lady rapporta à Trenn les bonnes dispositions du mestre ainsi que le lait de pavot. Silva ne tarde pas à cette première soirée. Une lady bien élevée ne veille pas outre mesure et elle voulait surtout regagner la chambre la première. Elle fit signe à Lysette de l’accompagner pour l’aider à se dévêtir. Elle n’a pas oublié cette servante, plus âgée qu’elle qui avait rejoint la maison Wayfarer à l’adolescence. Par chance, Horace avait eu la présence d’esprit d’emmener des chambrières pour elle et sa mère. La servante Lysette est devenue une femme à part entière, dont l’on remarque plus la gorge généreuse que le chignon imparfait, le contraire du corps sylphide de Silva. En la suivant, Lysette lance un sourire vainqueur à une autre servante contre laquelle elle avait pariée que la lady la voudrait à son service.



« Ne me touches pas avant d’avoir fait disparaitre ces traces de saletés sur tes mains. Ni moi ni mes vêtements. »

Lysette prit d’abord à la légère la remarque jusqu’à ce que Silva lui demande si elle souhaitait être recommandée à la maison Hogg pour son futur emploi.

« Tu es jolie, Lysette. Une femme au goût des hommes. Dis-moi donc le nom du garde qui a tes faveurs. » Silva rassura la servante, il n’était nullement question de punir qui que ce soit.

« Lysette. J’attends de toi de savoir tout ce qui s’est passé au domaine durant ces années en mon absence. J’attends de toi de savoir tout ce qui se passe, qui rentre, qui sort de notre bâtisse. Tu vas développer ta curiosité, te taire pour mieux écouter. Retiens-bien que je vais devoir choisir ma chambrière attitrée car je ne suis plus une enfant. Tu auras des vêtements propres, des gages meilleures et tes mains n’auront plus à gratter les fientes des corbeaux de notre mestre. Et avant toute chose, j’attends de toi de la loyauté. Trahis-moi, mens-moi et je te ferais fouetter puis chasser pour vol de bijoux, dussé-je les jeter au feu ou en avaler la moitié. »

La servante était effarée et lâcha le tissu humide avec laquelle elle faisait la toilette de la lady.

« Je suis désolé, ma lady. Je… bafouilla-t’elle en se baissant pour ramasser sa bévue.
- Non. Laisses le par terre. Donnes-moi plutôt de quoi m’essuyer. », intervint Silva.

La lady prit l’étoffe qu’elle passa sur ses épaules dénudées avant de prendre les mains de Lysette pour lui parler d’une voix plus douce.

« Regarde. Regarde comme tes mains sont belles. Tu mérites mieux que d’être une simple servante. Je ne veux pas d’une chambrière choisie pour moi par lady Roslin. Je te veux, toi. »

Silva porta les mains les mains de Lysette à sa bouche pour les embrasser religieusement avant un sourire complice en coin. Lysette demeurait interdite, entre stupeur et fascination. Silva lui rendit l’étoffe pour qu’elle lui essuie le dos.

Un peu plus tard, l’on toqua à la porte. C’était l’oncle Horace qui s’assurait que sa nièce était vêtue avant d’entrer dans la grande chambre qu’on avait affecté à la maison Wayfarer. Lysette pris la grande cape que lui désigna Silva pour la passer sur ses épaules afin que la lady ne reste pas   qu’en vêtements de nuit. Silva la retint avant qu’elle n’ouvre la porte.

« Les femmes qui se contentent de vouloir égaler les hommes manquent d’ambition. » Elle avait exprimé cette dernière phrase pour s’assurer de voir une étincelle brillait dans les yeux de Lysette. Confiante sur la motivation de celle-ci à la servir et améliorer sa condition, elle ajouta : « Ce sera notre secret. Ca et tout le reste. A demain. »

Horace n’était pas seul. L’entrée du clan tout entier mis fin au calme dans la chambre. C’était l’heure des bilans, des compte-rendu individuels et des théories sur ce qui pouvait advenir durant les festivités. Il y’avait trop de personnages de divers horizons pour ne pas pressentir quelque chose d’indéfinissable. Silva rejoignit le sentiment de Trenn Holbein, l’on pouvait craindre un empoisonnement. L’on débattit sur le risque de paraître des oiseaux de mauvais augure mais après tout, bien exprimé, il ne s’agirait que de sollicitude envers la maison hôte en invitant le seigneur a ordonné qu’un serviteur ou un garde de confiance goûte mets et boissons avant qu’ils ne quittent les cuisines.

Le lendemain rapprochait des célébrations et de la grande messe. Silva trouva le septon en train de nettoyer le dallage. Elle exprima à voix basse une prière devant l’autel de la Jouvencelle et s’agenouilla à ses côtés, entreprenant de l’aider à détacher la cire collée au sol.

« Merci, lady. Mais ce n’est pas à vous de faire ça… »

Je le sais et n’en ai aucune envie. Mais je vais le faire et tu vas me dire ce que je veux savoir.

« Voyons, je vous en prie. J’ai passé trois ans d'instruction au grand septuaire de Port-Real et n’ai point oublié mes leçons d’humilité. Il faut croire que certains personnes n’ont suivi aucun enseignement pour ignorer que les bougies doivent trouver leurs places sur des candélabres ou au pied des divines figures et non brûler au centre du septuaire.
- Ah… Hum… Vous savez comment sont les jeunes gens… »

Silva se demanda vraiment quelle fantaisie pouvait prendre un couple à vouloir copuler dans un septuaire mais après tout, celui-ci a une porte et n’empeste pas le cheval comme une écurie. D’autant que trouver de la paille dans les vêtements de quelqu’un était un indice révélateur de polissonnerie.

Silva affecta une attitude étonnée en faisant les yeux ronds sans parvenir à obtenir de confidences de septon Gelthar. Elle le questionna ensuite paisiblement sur les raisons de sa surprise en voyant la veille son oncle Rogan et finit par découvrir qu’il savait où était son fils. Celui-ci restait très fidèle à son obédience et ses voeux de silence, quelque part dans le Conflans. Septon Gelthar se rappela le jour où le jeune homme s'était présenté au couvent où lui même officiait.



Silva se montra admirative et apprécia de le savoir en bonne santé, ce qui ravira le coeur de son père. Elle promit au septon de n'en rien dire à Rogan avant leur départ pour qu'il ne vienne pas l’interroger et l’obliger à révéler le lieu de sa retraite. Silva lui proposa ensuite de l’assister pour la cérémonie de mariage, ce qu’il déclina poliment.

Et s’il me plait, à moi, de cultiver mon image angélique de vertu?

« Je m’en remet à votre sagesse et votre connaissance des usages, septon Gelthar. C’est que… je n’ai guère le désir d’être du nombre de celles qui déshabilleront le marié pour le porter dans sa chambre nuptiale. »

Silva simula d’être gagnée par le trouble et quitta rapidement le lieu saint en laissant le septon contrit. Une fois seule, elle inspecta ses mains d’un sourcil levé, appréciant de n’avoir abimée aucun ongle.

Elle croisa ensuite son oncle Rogan qui l’interrogea pour savoir ce qu’elle pensait de lady Roslin. Silva lui répondit sans détours puisque son oncle, tout comme l’autre d’ailleurs, était un homme qui n'avait aucune patience pour les circonvolutions.
« Je pense que lady Roslin croit bien faire. Mais ma conviction est qu'en son for intérieur, elle est restée fidèle à sa maison d’origine. En revanche son fils, votre demi-frère Horace, place vraiment toute son énergie dans l’intérêt de la maison Wayfarer. Jugez par vous-même, nous sommes ici parce qu’elle a oeuvré pour qu’un membre de sa famille fasse un bon mariage. Et elle oeuvre maintenant pour marier à mon père une autre personne de sa famille. »



Silva soupira et reprit : « Je sais bien que je n’ai pas vraiment répondu à la question de Trenn Holbein à l’auberge sur mon ressenti pour ce projet qu’elle préparait à notre insu. Mais cette question fut posée en sa présence. C’est par prudence que je ne voulais pas qu’elle ne connaisse pas mon sentiment profond que je vous livre sans détour : si on la laisse continuer en toute impunité, nous n’aurons plus de Wayfarer que le nom mais vivrons en réalité sous la devise Buckwell. »

Rogan réfléchissait à ce qu’elle venait de dire. Silva reprit avec un ton plus doux.

« Mon oncle, je sais que la préoccupation de voir un héritier pour la maison Wayfarer est grande mais cette femme, lady Lucia Buckwell est… un second choix. Libre à vous de croire que je refuse qu’une femme remplace feu ma mère auprès du lord mais Lucia a déjà été mariée et a déjà eu un fils. Le prestige de notre nom mérite mieux. De plus, elle vit et vivra toujours dans le deuil de son enfant perdu. Le premier revêt toujours une place prépondérante. Or, un futur héritier Wayfarer élevé par une femme triste et un père dans la force de l’âge ferait sans doute un piètre seigneur. Mes mots sont durs, mon oncle, mais mon devoir d’héritière est de voir notre maison prospérer et gagner en prestige… et non l’inverse. »

Rogan sembla apprécier la franchise de Silva et lui demanda de partager dans le futur toutes ses actions, ses intentions, ses intrigues. La lady resta éberluée et lui demanda de façon répétée ce qu’elle avait pu faire pour susciter un soupçon de duplicité. L’oncle n’avait aucun exemple à lui donner à moins qu’il eût la bonté de ne pas la mettre dans l’embarras par l’évocation d’un fait avéré qu’elle n’identifiait pas.

Au moins, il ne m’a pas été demandé de garder la bouche close sauf pour sourire aux mâles seigneurs de Westeros.

Patiente et s’appliquant à cacher son agacement, la lady regarda le roc s’éloigner pour rejoindre Horace qui se tenait à l’écart. Les deux hommes parlaient la tête penchée, comme on le fait quand on ne veut pas être entendu.

Elle ferma les yeux et inspira lentement pour chasser tout courroux de son visage. Que n’était-elle un homme pour parler plus fort que ses vis-à-vis, pour taper du poing sur la table et pour ordonner et commander? Elle n’avait de choix de vie qu’attendre la becquée, le bon vouloir d’autrui… ou prendre les devants avec malice tout en veillant à ne pas être démasquée. L’histoire de Westeros est ainsi faite qu’il est honorable pour un homme d’en tuer un autre en faisant valoir son bon droit et sa vérité par un duel judiciaire au nom des Sept tandis que le mensonge et le poison étaient l’affaire des femmes et des eunuques. Silva pinça ses lèvres en maugréant intérieurement.

Chers oncles, on éduque pas les ladys comme on dresse ses chiens. Ne comptez pas sur moi pour embrasser la main qui voudrait me tenir en laisse… ni pour demander la permission de défendre ce qui est mien.

Elle ajusta sa tenue, fit signe à Lysette de la suivre et prit la direction des leçons de danse prodiguée par le bravosi Arrondo Bon Pied. Marchant comme une ingénue sage alors qu’elle avait hâte de participer à la fête, elle ne cacha qu’à moitié un bref sourire à l’adresse de ser Florent Brune.



Comme escompté, celui-ci vint la solliciter comme cavalière pour ces répétitions. Le chevalier avait de l’expérience et ne s’en cachait pas. Pourtant, une autre figure faisait sensation par son expression sérieuse et assurée. Pendant que d’aucuns admiraient l’élégance de Trenn Holbein, ser Florent commençait à signifier à la lady un interêt pour sa jeune personne, tantôt en appliquant une pression appuyée sur ses mains fines, tantôt en la sollicitant pour partager une danse de nature plus privée. La lady feignit d’être flattée tout en gardant ses distances devant les tentatives de son cavalier d’exécuter des pas trop rapprochés.

Pas de précipitations, ser Florent. Vous aurez tout le loisir de vous faire arracher la tête par ser Amaury.

« Ainsi vous prétendez être un habile jouteur ?
- Si fait, ma lady. Je n’ai d’ailleurs autre désir que de faire de vous ma reine d’Amour et de Beauté.
- Une promesse servie à combien de lady, ser?
- Votre question me peine, douce Silva, car je ne souhaites porter que vos couleurs.
- Voilà qui est aimable. C’est que… je ne saurais vous les donner sans que tout mes chaperons ne s’y oppose.
- Vous avez raison, belle enfant, l’endroit ne s’y prête guère. Tenez, prenez un moment ce soir durant le dîner pour vous échapper ! Retrouvons-nous dans le plus grand secret au septuaire que je puisse vous faire part de tout mon engagement."


…à me besogner à même le sol avec quelques bougies et les Sept pour témoin?

- La Jouvencelle ne saurait ignorer le caractère brave du Guerrier… et l’étendue de sa virilité, répondit-elle en baissant les yeux faussement troublée. Etre courtisée avec tant et plus de talent est le voeu secret de même la plus chaste des ladys. Cependant, si vous voulez faire de moi une Reine d’Amour et de Beauté à l’issue d’un tournoi, c’est que vous aurez triomphé de plusieurs adversaires pour être déclaré champion. »

Ser Florent souriait avec confiance, amusé que la jeune lady se prenne au jeu en voulant mener la danse. Qu’importe, il était ce genre de chevalier qui cache un loup patient.

« Et où sont-ils, ces parvenus, que je fasse taire leur prétention envers ma lady?
- Oh. Une simple démonstration de vos talents de courtisans suffira à me confirmer votre statut d’homme d’expérimenté. »


Rompu à la pratique de l’Amour Courtois, Ser Florent Brune avait le verbe facile et souriait d’avance à une formalité accomplie d’avance. Silva fit mine d’hésiter en regardant l’assistance et trouva enfin l’épreuve pour le courtisan.

« Voyez-vous cette jeune femme triste, lady Lucia Buckwell ? Réussissez d’abord à la séduire et je n’aurais plus aucun doute que vous saurez changer ma solitude sage en espérance de vos bras. Mais peut-être est-ce une épreuve trop facile pour vous? A table hier soir, la pauvre veuve se pâmait déjà devant votre fière allure et vous disait homme à remporter un tournoi. Ou alors, une autre peut-être…
- Challenge accepté. »
coupa ser Florent.

La suite fut une déconvenue cuisante pour le chevalier. Il parvint effectivement à entretenir lady Lucia un peu à l’écart mais pas assez pour que l’on ne remarque la vive émotion de celle-ci, émotion qui jeta un froid sur les réjouissances matinales. Silva s’empressa de rejoindre la pauvre Lady Buckwell, non sans un regard vers sa grand-tante lady Roslin pour lui signifier qu’elle allait soutenir sa protégée.

Lady Buckwell était dans tous ses états et confia à Silva que le chevalier s’était montré grossier et lui avait fait des propositions salaces.
« Ma pauvre amie… Ser Florent se sera imaginé des choses…
- … mais non, comment?
- Quelqu’un lui aura rapporté qu’il trouvait déjà grâce à vos yeux hier soir. Oh je ne vous blâme pas, Lucia, l’homme est bien né et bien fait.
- …mais non, je…
- …je sais, lady Buckwell, vous êtes dans le deuil. C’est que… allons, vous savez bien ce que sont les mariages, les ladys y viennent pour être remarquées. »


Voilà que lady Buckwell devenait plus malheureuse que jamais, secouée par des sanglots étouffés. Impuissante à la raisonner, Silva jeta un regard désolé à lady Roslin déconfite.

Et c’est à cette pleureuse que vous voulez marier mon père votre lord?



Quand le courtisan éconduit repris place parmi la noblesse exerçant rondes et pas de deux, il fut critiqué sans détour par Rogan. Ser Florent usa de sa langue agile pour se gausser du caractère intrusif du vieux borgne et en fut quitte pour un poing fermé non moins intrusif sur la joue. Il fallut l’intervention de plusieurs hommes pour éviter que les choses ne dégénèrent bien qu’un seul aurait suffi. Le Manteau Blanc déplora l’incident et Rogan exprima avec honnêteté sa contrition. L’on ne s’étendit pas sur le sujet mais chacun avait compris le caractère volage de l’un comme le manque de patience de l’autre.  Toutefois le premier avait plus de souci à se faire que le second que l’on ne ferait que craindre davantage.

Il y’eut plus tard dans la journée une nouvelle réunion du clan, toujours sans la présence de lord Wayfarer. La lady appris que ses efforts pour ridiculiser Lucia était en partie vain car son père était davantage intéressé par lady Jeyne Drox, le portrait craché de son épouse quand il l’avait rencontré.

Au moins, le discrédit de Lucia implique l’inaptitude de la vieille bique à faire de bons choix pour notre maison.

Maintenant qu’elle était informée, elle s’appliquerait à être vigilante aux attitudes de lord Wayfarer et à l’affut de la moindre faute de cette lady des Terres de l’Ouest.

Quand il fut seul, Silva trouva son oncle Horace pour lui relater avoir été interrogé par son oncle Rogan sur le sujet d’une descendance pour son père lord Wayfarer. Silva assura à Horace qu’elle se savait en bonne santé pour enfanter un jour un futur héritier mâle. Quant au maintien du nom, elle connaissait assez l’histoire de la généalogie des grandes maisons pour savoir qu’une maison noble n’ayant que des filles négociait pour que le premier né prenne le nom de sa mère et non celui du père de façon ce que puisse perdurer le nom de la famille. Les rares maisons ayant connus l’extinction le devait à des conflits entre voisins, des courroux de leur suzerains, des serments d’allégeances non respectés et non à l’apparition ponctuelle d’une génération sans mâle.

« C’est à votre oncle Rogan que vous auriez dû répondre tout ceci, lady Silva. »

Pour qu’il vous le répète avec un risque de dilution?

« Bien entendu, mon oncle, je m’en remets à votre jugement. Je voulais simplement que vous sachiez bien ma fierté à représenter le futur de la maison Wayfarer.
- Ah oui, Silva? Mais bien sûr qu’il y’aura un héritier tôt ou tard, que ce soit un fils de mon frère ou l’enfant que vous aurez un jour. Allez, laissons l’orgueil de côté, seul l’interêt supérieur de la maison compte.
- Vous n’avez pas prêté attention, mon oncle. Je suis fière d’être l’héritière et n’en tire aucun orgueil.
- Voyons Silva, fierté et orgueil, c’est pareil !"
, éluda Horace.

Elle insista presque en vain pour qu’il admette le distinguo. Selon elle, la fierté pouvait être jugée honorable alors que l’orgueil paraître de l’arrogance. Horace lâcha finalement :

« Silva, je serais le plus heureux des hommes si vous vous trouvez un époux à votre goût, dont le nom et les ressources serviront le développement de notre famille et que vous pourrez manipulez à votre guise.
- Non, mon oncle. Ce sera mon époux le plus heureux des hommes. »


Horace sourit. Il avait toujours su que Silva n’était pas une oie blanche.

« Va pour orgueil » lâcha-t’elle après sa répartie, un sourcil levé.
« Va pour orgueil » répéta l’oncle en la regardant s’éloigner.



Le soir venu, Silva constata que lady Jeyne Drox ne semblait pas remarquer l’interêt de son père pour sa personne. Lord Wayfarer était perdu dans sa nostalgie. Le danger semblait donc circonscrit de ce coté.

Elle sortit de table un moment, aussitôt accompagné par Lysette sa nouvelle chambrière et une fois dans les couloirs, bifurqua pour sortir rejoindre le septuaire de l’autre côté de la cour. Elle somma Lysette de rester dehors et descendit les quelques marches pour attendre l'arrivée de Ser Florent. Silva pria la Jouvencelle de lui accorder pour de nombreuses années encore son expression candide et l’Etranger pour lui donner la capacité d’agir sans être jamais démasquée.



Ser Florent vint la rejoindre comme présumé. Silva dut réfréner ses prétentions et lui rappeler qu’il n’avait aucunement réussi le test.

« Les gens du Nord ont coutume de dire qu’un homme reçoit ce qu’il mérite… quand il le mérite. »

Qu’importe, il tenta de la séduire avec empressement. Une voix intérieure soufflait à la lady de se laisser porter par ses belles paroles et le désir d'un baiser passionné Mais une voix plus impérieuse encore lui rappela qu'elle avait décrété que ce serait elle qui clouerait des trophées au mur. Lady Lucia n’était qu’un début. Ser Florent compris que Silva l’avait poussé vers Lucia avec dessein. Mauvais perdant, il essaya malgré tout un baroud d’honneur en tentant d’obtenir un baiser, comme si le gout de ses lèvres de courtisan éconduit pouvait réveiller en Silva un désir irrésistible. Cynique, la lady ironisa en désignant du pied les maigres traces des bougies brulées la veille au centre du septuaire. Mais voilà que ser Florent blêmit et tenta de se donner l'importance qu’il n’avait plus aux yeux de la lady. Qu’elle ne fut pas sa surprise d’apprendre que les bougies n’étaient pas là pour éclairer des amants d'un soir mais pour des accords très secrets concernant le devenir du royaume des Sept Couronnes.

Ici même s'était réunis les lords Buckwell, Velaryion et Manning ainsi que les ser Oswald Whent, Florent et Storm pour comploter à l’insu d’Aërys II Targaryen. Silva laissa filer Ser Florent quand il réalisa qu’il en avait trop dit.

Elle rejoignit le banquet pour finir son diner en silence. Les révélations de ser Florent étaient très dangereuses. Si la lady faisait généralement confiance à son intelligence, elle savait que son jolie minois ne serait d’aucun secours si on la jugeait capable de compromettre un plan ourdi dans le plus grand secret. Elle se coucha donc sans partager ces informations graves. Elle n’avait pas passé tant d’années à attendre son heure pour risquer de brûler ses ailes face un feu trop dangereux.

Mais au matin, la nouvelle tomba comme un couperet : ser Florent Brune avait été assassiné.



Silva sentit son ventre se nouer tandis que tant et plus d’idées contradictoires encombraient ses pensées. Elle avait peur. Peur de se noyer non dans l'eau mais dans son propre sang.

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lady Silva Wayfarer

Message par Horace Wayfarer le Ven 24 Fév - 16:28

Ah et bien maintenant, nous connaissons au mois les raisons de l'assassinat... mais Lady Silva lâche-t-elle le morceau pendant notre "confinement" lors de l'enquête ou devrons-nous faire comme si nous n'étions point au courant du complot ?

Horace Wayfarer

Messages : 26
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lady Silva Wayfarer

Message par Lady Silva le Ven 24 Fév - 17:05

Raison(s) de l'assassinat : elles peuvent être multiples.

En tout cas, on sait qui complotent contre le pouvoir en place sur le Trône de Fer.

Pour répondre à la question, non, Silva n'a rien dit durant la nuit avant l'annonce de la mort de Ser Florent Brune parce qu'elle a VRAIMENT peur. Alors, imaginez un peu après l'annonce de la mort...

A l'instant T, elle ne mise pas des masses sur son clan dans sa capacité à gérer un truc aussi lourd ou à être discret (on peut très bien être surveillé)
Mais pas d'inquiétude, il n'y aura pas de rétention : Silva partagera rapidement ce qu'elle sait, mais je souhaite le faire in game car cela promet du jeu intense.

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lady Silva Wayfarer

Message par Horace Wayfarer le Ven 3 Mar - 19:43

Lady Silva a écrit:Raison(s) de l'assassinat : elles peuvent être multiples.

Oui, j'avais bien mis un "s". Au final, l'assassinat est un epiphénomène comparé aux nouvelles de Lady Silva. Et si ce meurtre n'a aucun lien avec le complot (car en fait c'était Rogan ! Laughing ), il faudra gérer cette histoire de complot.
Pour rappel : si cela s'apprend à KL, nos têtes ne vaudront pas plus chers que celles des comploteurs : nous avons été à la même "sauterie" qu'eux, et je crois que le Roi n'est pas un fan éperdu de justice... voire on le dit "moyennement débonnaire". Nous avons donc intérêt à marcher sur des oeufs et a vite agir : d'où mon idée de tournoi...

Horace Wayfarer

Messages : 26
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CHAP. 3 : "Enter the game?"

Message par Lady Silva le Jeu 16 Mar - 0:09

La cour de la grande demeure des Buckwell était en émoi : menaçant d’égorger lady Leinda Feirth, le braavosi Arrondo Bon-Pied venait de se faire ouvrir la grande porte pour fuir au galop avec son otage et son larcin, le célèbre joyau objet de toutes les convoitises. Le coeur de lady Wayfarer se serra quand elle vit Amaury Rivers sauter en selle pour se lancer à sa poursuite. Elle saisit son pendentif à sept branches pour soutenir superstitieusement le chevalier bâtard de la maison Holbein. Rouvrant les yeux après un appel crispé aux Sept, elle entendit d’autres bruits de sabots. Ses deux oncles, Horace et Rogan galopaient à leur tour. Silva inspira pour retrouver confiance et sérénité. La panique était l’apanage de l’Etranger. Amaury sauverait la Jouvencelle, Rogan était la figure du Guerrier et Horace… était quoi? Le ferrant ? Oui, il transformerait le secours de la future mariée en retombées tintantes pour la maison.

Horace revint le premier, ramenant lady Leinda Feirth avec plus de peur que de mal. Silva n’arrivait pas à bouger un orteil, incapable de se rapprocher pour soutenir la malheureuse effrayée qui n’était qu’à quelques pas. Lady Roslin fut la première à réagir rapidement rejointe par Jerrick Buckwell à qui elle ceda le soin de consoler sa future. Les clans Buckwell et Feirth se regroupèrent autour des futurs époux. De là où elle était, Silva comprit que lady Roslin rassurait les parents. Les chevaliers Wayfarer rapporteraient le joyau et rappela que s’il le fallait, son fils lord Terrence aiderait financièrement l’union des maisons.

Chevaliers? Non, seul Amaury est ser….

Silva fit taire sa voix intérieure comme si sa grand-tante pouvait lire dans son esprit. La bouche pincée à cause de son inaction, lady Roslin lui fit signe d’approcher pour l’aider à couver tout ce beau monde. Lady Janeth Feirth, la cadette de la promise, était de son âge, après tout. La frayeur passée, lady Leinda délivrait accolades et moults remerciements. Lucia Buckwell, la trop jeune veuve n’était pas oubliée dans les étreintes chaleureuses.

La famille, songea Silva. La famille est ce que nous avons de plus précieux.

"Ils sont revenus ! Le faquin est mort et la parure rapportée !"

Lady Roslin eut quelque mots pour rappeler dans ce bain d’allégresse qu’il y’avait un mariage à célébrer et qu’il fallait se réjouir. Le futur époux reprenait des couleurs à cette perspective qui redevenait possible.

« Fierté et objectif ! » lança Silva en faisant un effort de mémoire.
- Vous connaissez donc notre devise? s’étonna lord Gasper Buckwell avec satisfaction.
- Nul mérite à cela, lord Gasper, vu que nous sommes déjà parents grâce à lady Roslin. »

Celle-ci hocha la tête et reçu les louanges de la bonne éducation de lady Wayfarer. Silva laissa filer le mérite de ses bons mots car ainsi vont les choses dans la haute société de Westeros. Les honneurs étaient d’abord rendus aux personnes influentes et de pouvoirs.

Les personnes présentes dans la cour acclamèrent le retour de Rogan et d’Amaury Rivers.

« Mon banneret est blessé. Qu’on le soigne ! » réclama lord Terrence Wayfarer, en bombant le torse par fierté pour l’exploit de ses frères et du fils bâtard de son vassal Holbein… ou pour impressionner la jeune lady Jeyne Drox, en retrait derrière la future mariée.

Silva réprima un petit sourire en voyant Amaury assurer que le sang versé était peu de chose pour accomplir son devoir et que le mérite de la victoire sur le traitre revenait à Rogan. Le plastron serti de joyaux passa par les mains d’Horace pour être rendus aux Buckwell, les hôtes du domaine Antlers, non sans qu’il ai pu jugé de son oeil expert la valeur d’un tel objet.

Non loin, Holbein Trenn fit signe à son escorte d’élite de se préparer. Arrondo Bon-Pied avait des complices dans les sous-bois. Si l'on était pas dans la région de Bois-du-Roi, qui sait, l’on pouvait pareillement se mettre en chasse des brigands pour les défaire sous le commandement d’un Manteau Blanc ?

L’héritier de la maison Holbein échangeait des regards avec Ser Oswald Whent. Il fallait un regard très exercé pour supposer qu’ils avaient autre chose en tête que l’heureux dénouement concernant le larcin et le crime qui l’avait accompagné.

Conscient de la présence non loin de lord Velaryon, Trenn commenta à voix haute à l’attention du Manteau Blanc : « Ainsi, Rogan aura vengé votre ami ser Florent. » L’illustre garde royal salua l’acte accompli d’une inclinaison de tête reconnaissante, songeant peut-être que les Wayfarer et les Holbein étaient dignes de confiance et pourraient dans le futur devenir des alliés pour un délicat et ambitieux projet.

Mais ces deux maisons étroitement liés, oseraient-elles rentrer dans le jeu des Trônes?

"When you play the game of thrones, you win or you die" Cersei Lannister

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CHAP 4 : Les liens de famille

Message par Lady Silva le Mar 26 Sep - 21:35

La connaissance d'un complot ourdi et la perspective d'être de ceux qui accélérerait l'accession au trône du futur roi avait transporté de joie la jeune lady Silva. Il y'eut rapidement quelques bénéfices, comme si les Sept apportaient leur bénédiction à la maison et sa vassale. Le Maitre des Navires, lord Velaryon avait fait envoyé un plein coffre qui servirait comme gain du champion au tournoi bientôt organisé à la Croisée.

Le retour au domicile avait fait l'effet d'un baquet d'eau glacée. Les sujets du lord s'étaient montrés irrespectueux, exprimant à voix haute leur mécontentement. La demeure familiale était touché par la mort rapide et brutal du mestre qui l'avait loyalement servi durant des années. Déjà, Port-Réal - et non la Citadelle de Villevieille - avait dépêché un remplaçant. Suspicion, méfiance quand ce n'était défiance devenaient le quotidien de ceux qui savaient. Seul bonheur au tableau, Silva pu retrouver sa jeune soeur et lui offrir comme présent une pendentif à sept branches oint au grand septuaire de Baelor.

Silva avait oeuvré pour que lady Jeyne Drox rejoigne sa maison et pu constater le résultat qu'elle escomptait. Le lord son père se montrait plus alerte et faisait plus attention à sa mise. Bien sur, elle n'ignorait pas les avertissements à mi-mots de son oncle et de l'héritier vassal : et si lord Terrence la prenait pour femme et lui faisait un fils ? Silva misait plutôt sur le romantisme de son père que son désir de coït. Voyez l'ignorance de la belle enfant ! Crois-t'elle donc que le désir et la vigueur est l'apanage des seuls jeunes gens ? Qu'importe, toute à sa joie d'être enfin de retour, elle ne ménagea pas sa peine pour que le lord accepte la tenue d'une prière générale de la maisonnée, incluant serviteurs et soldatesque, prière conduite par un septon plus adepte du sermon que de la bienveillance.

Silva appris plus tard par Lysette, celle qu'elle avait promu au rang de chambrière et qui laissait trainer oreilles - et cuisses, disaient-on - de ci delà, que son oncle Horace avait copieusement villipendé l'indigente populace pour avoir voulu salir le nom de la lady, alors qu'elle et nulle autre se préoccupait du peuple et avait tenu à ce que les petites gens puissent remporter eux aussi récompenses sonnantes et trébuchantes.

Lors d'une grande partie de chasse, tenant tant de la traque aux brigands que de la mise à mort de sanglier et autres cerfs, Silva réalisa que d'autres ragots iniques courraient sur sa conduite et ses moeurs. Cela la blessait car ces accusations étaient particulièrement injuste : jamais à l'école religieuse, elle n'avait cédé à la tentation de se faufiler pour rejoindre quelques beaux jeunes gens et jamais elle ne manquait de pratiquer ses prières quotidiennes. Et si elle était vraiment de petite vertu? Et si sa foi était faible et fragile, un simple subterfuge pour donner à croire qu'elle était pure et innocente alors qu'elle était en réalité sujette à la colère et la rancoeur ? Cela n'avait pas de sens... Les Sept l'avaient fait jolie et l'avait doté d'un esprit vif, dans quel but si ce n'était pour être charmante et ne pas rester benoitement passive quand on menaçait son héritage ?

Silva avait la chance d'être bien entourée. Son oncle, terriblement intransigeant avait une haute opinion de la maison et bien que né d'un second mariage mettait l'ascension et le renom des Wayfarer comme premier objectif. Pour lui, tout les moyens devaient être étudiés, analysés, mâchés et finalement accomplis sans coup férir. Pour lui, lady Silva était l'avenir de la maison. La jeune lady avait parfois du mal à l'entendre. A sa décharge, les mots aimants et aimables de l'efficace intendant de la maison étaient monnaie rare. Silva mit du temps à accepter de composer avec lady Roislin, sa grande-tante, qui par plusieurs initiatives menées sans concertation avec son fils avaient menées des projets dont l'on pouvait supposer qu'elle serviraient davantage les Buckwell, sa maison de naissance que la maison qu'elle avait rejoint par mariage. De plus, lady Roislin avait pris beaucoup d'importance et semblait la plus proche du lord qu'elle nommait son fils... Et que dire du fait qu'elle veuille que Silva la nomme "mère" ? Pour la lady, jamais cette femme ne serait sa mère. Sa mère s'était éteinte trop tôt, trop vite. Parfois, Silva avait honte de nourrir de la colère contre celle qui s'en est allé et qui n'était plus présente pour empêcher une seconde épouse par défaut d'un grand-père décédée de faire main-basse sur les grandes décisions du domaine. A sa grande surprise, la lady dut faire l'enseignement que connaitre les régles de succession et de primogéniture ne garantissait pas d'avoir son mot à dire en sa propre demeure.

Silva pouvait aussi compter sur son oncle Rogan... comme l'on peut compter sur un compagnon d'armes. Rogan ne connaissait pas la peur. Mais il ne connaissait pas non plus le maniement du verbe pas plus que la tempérance comme on avait pu le voir quand un jeune ser le mit rapidement hors de lui en quelques mots. Silva craignait que son oncle vive l'absence de son fils, retiré pour entrer dans la foi des Sept, comme une perte.

La lady avait trouvé en messer Trenn un esprit fort et vif qu'elle jalousait en secret. Si elle pouvait d'un aimable sourire ravir l'oeil de son entourage, l'héritier de la maison vassale jouissait d'un magnétisme réel qui glaçait le sang, si bien que chacun de ses mots se frayant non seulement jusqu'à l'esprit mais aussi l'âme, réveillant parfois des craintes enfouies déraisonnées. Silva prenait plaisir à parler avec lui, s'appliquant à ne pas trahir son émoi face à une allure aussi imperturbable. Un jour, elle parvint même à le désarçonner quand lors d'une conversation concernant l'hypothèse d'une union de l'héritier Holbein avec lady Lucia Buckwell, elle lui laissa entendre qu'il pouvait aussi réfléchir à une autre alliance, même s'il était peu probable que lord Terrence puisse accepter.

Il y'avait enfin ser Amaury Rivers. Silva nourrissait l'illusion qu'Amaury serait toujours là pour la secourir, la sauver de la noyade comme il l'avait fait des années plus tôt. Ce dont Silva était sur, c'est qu'Amaury ne lui ferait jamais de mal pas plus qu'il ne s'adonnerait à la vilipender devant auditoire comme son oncle plus que de besoin. Tout ser qu'il soit devenu, Amaury était un bâtard et de fait n'hériterait jamais ni de terre ni du nom de son père. Bel homme, Amaury pouvait à sa guise fréquenter des femmes faites et averties qui rougissaient et déployaient gorges et rires conquis à chacun de ses mots. Amaury avait du pouvoir sur les femmes et était envié des autres hommes. A de très rares occasions, quand elle était sûre que personne n'était assez près pour l'entendre, elle s'appliquait à vérifier si elle pouvait le troubler lui, comme il troublait toutes ses oies comme ce jour où elle lui sussura "Vous pouvez me la mettre s'il vous agréé" avant de lui désigner sa cape.

Restait lady Jeyne Drox, discrète et sage, un modèle de retenue. Silva devait-elle agir de même ? Elle jugeait que non, décidant qu'elle ne pouvait attendre le trépas de son père - ce qu'elle n'espérait pas proche - pour prendre enfin un rôle dans le destin de sa maison. Une première conversation avec Jeyne troubla Silva, quand elles évoquèrent le fait que le lord désire l'étreindre dans son lit. Quelque chose d'étrange, comme un calme étonnant pour un acte que d'autres jugeraient dégoutant vu l'âge et le manque d'allure de lord Terrance mais que Jeyne semblait considérer comme une besogne dont elle s'acquitterait sans sourciller s'il le fallait. Lors de cette conversation, Jeyne assura à lady Silva qu'elle s'en remettrait à ses volontés comme si elle avait pressenti que l'héritière allait lui dire qu'elle pourrait la faire chasser comme elle l'avait fait venir. Rassurée, Silva proposa à Jeyne qu'elles puissent se parler, du moins en privé, comme des amies sans préoccupations de rang social.


Dernière édition par Lady Silva le Mer 27 Sep - 9:47, édité 4 fois

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

CHAP. 5 : Harren le Noir

Message par Lady Silva le Mer 27 Sep - 1:06

Lors du chemin vers Harrenhall, une nouvelle malversation sur la maison Wayfarer recquiera l’intervention des hommes d’armes. C’est ainsi que ceux-ci furent un temps séparés du lord et des ladys. Même si elle n’en montrait rien, lady Silva avait espéré qu’ils ne leur arrivent rien de mauvais. Cela lui permit au moins de ne plus ressasser le tournoi qui s’était tenu à la Croisée. Amaury avait remporté le tournoi, gagnant le privilège de désigner la Reine d’Amour et de Beauté, privilège dont il n’avait rien fait.



L’arrivée à l’immense château construit par Harren le Noir, du temps où un fer-né était roi des Iles et des Rivières fut une nouvelle déconvenue. Les Wayfarer n’avait pas de logement attribué et allait devoir camper dehors, parmi des maisons mineures et autres petites gens rassemblés là pour l’événement exceptionnel. Heureusement, une forte insistance auprès d’un officier puis du mestre des Whent permis d’obtenir l’aménagement d’une grande salle froide et isolée dans ce qui fut le plus grand château de tout Westeros. Ces appartements de fortune accueillirent donc les Buckwell, les Wayfarer et les demi-frères Holbein.

Les épreuves martiales à l’aller et les conditions climatiques épouvantables avaient eu raison de l’endurance d’Horace qui dut garder le lit quelques temps. Le repos pour les autres n’était pas de mise car il y’aurait un grand banquet le lendemain au soir. Qu’importe la fatigue et l’assurance d’avoir des pieds douloureux, Silva voulu des leçons privées avec un maitre à danser au petit jour. Ce fut aussi l’occasion pour d’autres de s’entrainer avec l’aide de lady Jeyne. Cette dernière apporta une mauvaise nouvelle. La soirée qui tiendrait davantage du bal que du banquet verrait lady Silva installée bien loin de la table d’honneur, sans adéquation avec le statut de la maison Wayfarer. N’arrivant pas à résoudre ce revers d’ici la soirée, il faudrait compter sur le talent et le savoir-être pour être remarquée.

La mise au ban de Silva eut comme retombée qu’elle n’eut de prétendant à danser qu’un fils Frey puis le bâtard de Lamarck, Aurane Waters. Lors de leurs danses, elle n’adressa pas un mot au Frey de façon à ce que celui-ci ne nourrisse pas l’idée de la courtiser d’aucune manière et fut guère plus loquace avec le bâtard Velaryon. Dans sa situation présente, Silva visait trop gros. Elle n’était pas unique, elle était une parmi tant d’autres, plus jeune ou plus jolie que beaucoup certes, mais pas unique. Tout ou plus, elle parvint à saisir le regard du jeune et beau Jaimie Lannister. La jeune ingénue croyait à tord qu’un regard échangé pourrait changer les choses.

Plus troublant, le mestre des Wayfarer eut des nausées et des malaises qui l’obligèrent à beaucoup se reposer. Chaque événement positif semblait attiré deux fois plus de contrariétés. La suspicion atteint son paroxysme quand Jeyne Drox révéla à Silva qu’elle était parmi eux pour le compte d’un énigmatique maître chanteur. Elle avait décidé de parler par peur d'un drame car la dernière mission qu’il lui avait été confié consistait à communiquer l’emplacement de chaque couchage dans le logis. Jeyne rapporta les mêmes révélations à Trenn qui menaça de la tuer sur le champ. Lady Drox ne ceda pas à la panique et son revirement de conscience fut majoritairement accepté, y compris par Horace quand il se porta mieux. Restait le problème que l'identité de l'employeur de Jeyne demeurait inconnue.

Le couchage forcé n’avait entamé en rien l’âpreté des mots de l’oncle qui une première fois critiqua le tournoi comme une activité fortuite. Silva réprouva cette affirmation, convaincue de l’ampleur de l’événement, le plus important et prestigieux tournoi jamais mis sur pied. Même le roi était venu - ce qui n’était surement pas du gout des conspirateurs décidés à voir le prince Rhaegar siéger sur le trône héréditaire -. Amaury défendit aussi l’idée et l’utilité du tournoi, ce a quoi Horace lâcha qu’il avait l’assurance que le ser pourrait jouter avec succès. Ce fut donc au tour de ses messieurs d’exprimer à mots mesurés tout le bien qu’il pensait l’un de l’autre et rien ne pouvait les dissuader, pas même Silva qui lâcha des mots équivoques :

« Je suis convaincue que le meilleur des chevaliers fera briller sa lance. »

Contre toute attente, Lysette qui montait la garde mit fin à l’échange en poussant un cri pour avoir aperçue une ombre glisser sur les vieilles pierres. C’est que l’on dit les murs d’Harrenhall hantés. Il fallu la bienveillance et le charme naturel d'Amaury pour qu'elle retrouve son calme.

En définitive, la conversation permit d’atteindre les conclusions suivantes : prendre le parti de Rhaëgar pourrait permettre de hisser la maison dans la hiérarchie de Westeros tout comme la découverte d’une implication pourrait conduire la famille toute entière à son trépas. Egalement, Horace voulait en savoir plus sur les rouages et les participants du complot.

En vue du tournoi, Amaury pu retrouver ser Oswald Whent dont il fut l’ecuyer, notamment pour l’entretenir en toute discrétion du projet. Le Manteau Blanc confirma que l’arrivée d’Aërys II compromettait les réunions secrètes et évoqua quelques menus services à lui rendre. Amaury put apprendre que lady Silva avait été tenue à l’écart durant banquet par la volonté et la jalousie de lady Cirah Whent, la fille du lord dont le seul anniversaire avait justifié la mise en place du plus grand tournoi de tout les temps. L’entrevue avec ser Oswald permit surtout à Amaury de servir de partenaire d’entrainement au prince Rhaëgar Targaryen ! Honnête et intègre, ser Amaury combattit le prince avec rigueur et engagement sans prendre de précaution sur le fait qu’il risquait de le blesser. Mais le prince était un combattant émérite qui apprécia l’engagement et finit par avoir le dessus.

Silva manqua de s’évanouir quand Amaury les rejoignit pour annoncer paisiblement le contenu de sa matinée. Le prince ! Mais que ne l’avait-il fait mander la lady ?

Pendant ce temps, Horace s’était entretenu avec lord Buckwell afin de s’assurer de son degré d’implication et d’engagement dans l’affaire de succession précipitée.

Avec l’aide de lady Jeyne, Silva parvint à croiser Cirah Whent - de trois ans son ainée - qui conforme à sa nature eu des mots aigres. Lady Wayfarer parvint malgré tout à s’en faire apprécier, surtout après lui avoir vanté qu’un jeune et beau chevalier de sa maison vassale avait eu l’insigne honneur de jouter avec le prince en personne. Bien entendu, entre amies, lady Silva pouvait fort bien la lui présenter lors de la prochaine soirée.

Rejoignant les siens, Silva pu rapporter que les maisons Wayfarer et Holbein serait bien placés au prochain banquet. Horace appréciait. Elle glissa plus tard à Amaury que c’est grâce à lui et ses amitiés princières matinales qu’elle avait pu obtenir un revirement d’opinion de la fille Whent et le prévint que lady Siera serait  certainement heureuse qu’il soit aimable avec elle et d’ajouter un brin caustique, qu’avec un peu de chance, celle-ci se verrait chanceuse s'il lui demandait ses couleurs pour le tournoi. Contrit, Amaury assura à lady Silva qu’il s’appliquerait à être prévenant avec cette peste née Whent mais qu’il irait à reculons. Silva en était fort aise : Cirah avait déjà assez d’un grand nom, d’un grand château, d’un tournoi faramineux et d’une famille plus que complaisante alors qu’elle-même avait un père débonnaire, un oncle névrosé, un autre borgne et une grande tante plénipotentiaire. Non, Cierah Whent n’aurait pas en plus un authentique ser oint des sept huiles, un sauveur pour la servir avec dévouement.

L’état du mestre des Wayfarer empirant, il est fait appel au mestre d’Harrenhall qui reste évasif et pressé de partir. A la plus grande joie d’Horace, Lady Silva lui bloque la sortie des appartements et exige un véritable diagnostic, évoquant un acte volontaire d’empoisonnement requérant une justice exemplaire, justice dont le mestre pourrait faire les frais ! Contre toutes attentes, Jeyne Drox fait la preuve de quelques expertises dans l’honni domaine du poison en évoquant différents usages et mode d’administration.

C’en est assez pour qu’Horace, assisté de la jeune Shiera Wayfarer décide d’enquêter et remonter la piste des différentes recherches qu’a fait le mestre tandis que Lysette reste aux appartements pour chaperonner le convalescent.

Les cors retentissent, annonçant le défilé des champions qui sera conclu par le passage du palanquin royal. Reconnaissable parmi les deux cents champions, ser Amaury revêt la magnifique armure faite pour lui. Le bâtard fait digne répresentation des maisons Holbein et Wayfarer, regardant régulièrement vers le public pour enfin trouver celle qu’il cherche : lady Cirah Whent. Ses mots sont hésitants mais sa demande est claire. Il demande et obtint les couleurs de la garce de dix-neuf ans.

Silva garde les dents serrés derrière ses lèvres closes. Elle regarda lady Whent en s’ordonnant de rapidement retrouver son calme. Il n’aura qu’à la besogner à reculons si c’est son devoir de chevalier servant. Mais voilà qu’une voix haute la sort de sa torpeur : c’est lady Jeyne Drox qui est en train de proposer ses couleurs à ser Charlton Storm. Stupeur ! Dans quelle société une lady propose elle-même ses couleurs à un bâtard qui plus est ? Trop heureux de l’incongruité de la situation, ser Charlton tend gaiment sa lance vers sa dame de parage. Celle-ci pourtant adroite et chaque jour dotée de davantage de talent insoupçonné se révèle bien peu capable d’attacher son étoffe de soie sur la hampe de bois, au grand plaisir du chevalier qui profite de sa gorge exhibée. Agacée, Silva lache à sa voisine : « Pensez-vous être assez penchée pour bien prendre soin du noeud de messire ? »
En se redressant et une fois que ser Charlton a repris sa progression, lady Jeyne lui répond que sa jalousie n’est pas de mise et qu’elle a agit ainsi pour déjouer quelques vilénies destinées à ridiculiser ser Amaury. En effet, l’écuyer de ser Charlton se rapprochait dangereusement en dissimulant une lame dans sa manche, sans doute pour sectionner les liens retenant la selle sur le destrier.

Une nouvelle fois, une main invisible agissait contre eux. Et pour couronner le tout, Silva réalisait qu’elle avait elle-même incité Amaury à demander les couleurs de Cirah Whent. Elle ressentit une profonde lassitude. En fin de défilé, il y’eut un manège peu compréhensible pour les non initiés : le roi Aërys II avait fait venir à lui le jeune Jaimie Lannister pour l’honorer du prestigieux manteau blanc de la garde royale. Certains remarquèrent que Tywin Lannister, le père de Jaimie, jeta à terre sa broche de Main du Roi et quitta les lieux. Cet événement chamboula les esprits et alimenterait sans nulle doute les prochaines conversations.

Ce qui chamboula le plus Silva, c’est d’apprendre qu’Horace et sa jeune soeur avaient été pris de malaise à leur tour lors de leur recherche dans les pas du mestre. Cela finit de la mettre en rogne contre cet ennemi secret qui oeuvrait contre eux, qui oeuvrait contre elle.

De son coté, Horace réussit à découvrir à force de recherche des secrets oubliées de mémoire d’homme. Il est fait mention du temps où les Iles de Fer et le Conflans ne connaissait qu’un même roi, roi des Iles et des Rivières tout comme il est fait mention des origines des maisons de la région.

N’ignorant pas que les Wayfarer voudrait attraper l’écuyer, Jeyne Drox exprime à Silva le souhait d’informer ser Charlton Storm du projet d’interroger son écuyer. Si Silva respecte le désir de Jeyne, elle ne le partage pas et ne veux courir aucun risque. Si par exemple, le ou les employeurs de l’écuyer ont vent du projet de l’interroger, ils pourraient le faire disparaitre pour qu’il se taise à jamais. Horace abonde sur l’idée d’appréhender le gredin attiré dans les filets de l’appétissante Lysette pour le confronter avec l’inflexible Trenn. Silva est plus déterminée que jamais et la frontière entre oncle et nièce devient de plus en plus ténue.

Les recherches se font sans délai mais surtout sans résultat. Le dit écuyer était en réalité un remplaçant, celui de ser Charlton ayant malencontreusement eu un accident la veille.

La journée s’achève sur la réjouissante perspective de dormir en sachant qu’un ennemi mystérieux connait l’emplacement de chacun des couchages des trois maisonnées. Silva souhaite échanger sa place, ce qui ne réjouit pas Jeyne. A défaut, Silva propose de placer des leurres, comme coussins et couverture à sa place et de dormir serrée contre Jeyne. Une fois encore, la dame de compagnie reste peu encline à accepter. Trenn Holbein met un terme aux conversations et somme lady Silva de dormir dans son lit.

C’est ainsi que de mauvaise grâce, Silva se couche dans son lit mais avec la ferme intention de ne pas fermer l’oeil de la nuit… L’Aïeule ne lui aura pas octroyé de sagesse, le Guerrier ne lui aura pas donné d’arme, la Mère n’est plus là depuis bien longtemps, la Jouvencelle lui a retiré son voile de blancheur et de candeur. Fixant le plafond, même quand la lumière des lanternes sera éteinte, Silva songe à l’Etranger. Voir et revoir tout sous un autre angle, une autre lumière… Si seulement Harren le Noir pouvait la guider.



Dernière édition par Lady Silva le Jeu 28 Sep - 16:17, édité 1 fois

Lady Silva

Messages : 35
Date d'inscription : 07/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lady Silva Wayfarer

Message par Meneur le Jeu 28 Sep - 9:41

Très beau résumé!
Deux petites choses : Cirah Whent,
et il est bien dommage que tu ne mentionne pas la menace faite par Silva au Maester Soran qui le pousse à reconsidérer son diagnostic et à purger le Maester (lui sauvant peut être la vie)

Je pense que je vais le copier tel quel dans le résumé, tout y est!

Meneur
Admin

Messages : 49
Date d'inscription : 01/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://soif-crossroads.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lady Silva Wayfarer

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum